Coopérer, la technique zéro débat

Imaginez la situation suivante. 3 personnes discutent de ce qu’elles veulent faire de leur week-end.

Une première veut aller à la mer, une seconde à la montagne et une troisième, elle, va regarder la météo.

Nos deux premiers compères partent dans une discussion sans fin sur les vertus supposées de la montagne ou de la mer.

Le troisième revient et c’est sans appel : il va pleuvoir tout le week-end. Mais c’est trop tard, le conflit est initié et chacun de nos deux rivaux voudra avoir le dernier mot. Pourtant, cela ne sert à rien : ils n’iront ni à la mer, ni à la montagne en définitive.

Débattre n’est pas un but en soi

Débattre n’est pas un but en soi, c’est éventuellement un moyen. Le but est de trouver des solutions satisfaisantes, pas d’avoir raison, pas de changer l’autre.

D’autant plus qu’il est illusoire de vouloir changer l’autre. Et surtout pas avec des arguments. Notre cerveau bloque notre rationalité quand il se sent attaqué par des arguments. C’est un réflexe du cerveau qui perçoit cela comme un danger. C’est pour cela que les gens se braquent et semblent d’une mauvaise foi à tout épreuve.

Cela a autant de sens que de donner des coups de poings à une porte pour espérer l’ouvrir. C’est inutile et ça ne rejoint pas l'essentiel : s’entendre, trouver des solutions.

Multipliez les données et les options

Mais que faire alors ? Laisser tomber toute volonté de changer l’autre. Les solutions viendront d’ailleurs. Et d’où viendront-elles ? D’un élargissement des options et des données.

Pour les données, cela va concerner la météo, le trafic routier, la distance, etc.

Pour les options, il s’agira de multiplier les idées. Des idées sur la montagne ou la mer déjà : quelle montagne et quelle mer ? Aller dans les calanques n’a rien à voir avec les longues plages bondées de la mer.

Ensuite, on pourra chercher des idées qui n’ont rien à voir.

Pour cela, on peut chercher à comprendre le besoin derrière une proposition. Pour la montagne ? Je cherche la tranquillité dira la première personne. Ok, il y a plein d’endroits tranquilles en dehors de la montagne.

Pour la mer ? Je veux quelque chose de stimulant dira la deuxième personne. Ok, plein de choses sont stimulantes en dehors de la mer.

Et c’est ainsi que nos trois personnages pourront partir à l’aventure en visitant un beau château pas bien loin.

Quand on a un projet, quand on veut créer collectivement, le conflit est toujours prêt à pointer son nez. Mais rappelez-vous que la créativité est meilleure conseillère que la force brute. Alors, faites démarrer vos méninges, prêts, partez !

Un site dédié à la créativité

Je m'appelle Nicolas Brun et je suis passionné par la créativité.

Sur Holographik, je propose régulièrement des articles sur le sujet. Les articles s'appuient sur des bases solides, tout en étant simple sur la forme.

Mon but est de vous aider à répondre à ces questions :

  • Comment être plus créatif ?
  • Comment mettre en application les conseils ?
  • Quels sont les pièges auquel échapper ?
  • Comment ça marche et pour quels résultats ?

Pour aller plus loin : découvrez d'autres conseils en créativité