Pourquoi on se trompe et autres histoires de pions et de verres d'eau

Il est possible de moins se tromper, mais la répétition d'exercices et les explications ne sont d'aucune utilité.

Pourtant il existe une technique.

Pour vous expliquer, je vais vous raconter une histoire surprenante. Il est question d'un type d'erreur farfelu que font les enfants de moins de 7 ans. Le genre d'erreur qu'on n'imaginerait pas, même d'un enfant de 4 ans.

L'expérience du verre d'eau

Un adulte transvase un verre d'eau large, dans un verre d'eau plus mince et plus haut (expérience de Jean Piaget). On demande à un enfant si il y a plus d'eau ou moins d'eau maintenant. Etrange question, n'est ce pas ? A quoi l'enfant répond qu'il y a plus d'eau maintenant car "c'est plus haut".

Deux lignes de six pions

Même réaction avec des pions. On fait deux lignes de 6 pions. Une ligne est plus longue que l'autre. Et boum, même erreur : "il y a plus de pions dans la rangée la plus longue" répondent-ils.

Et pour les adultes, ça nous apprend quoi ?

Cela nous apprend quelque chose de fondamental sur la nature humaine. Et la plupart de nos erreurs en découlent.

A cet âge, un enfant sait compter. Il sait que 6 égale 6 ou que 7 est plus grand que 6. C'est là que se trouve la découverte : l'enfant connaît la réponse, mais elle est court-circuitée par une pensée plus automatique : "plus long veut dire plus nombreux".

Ce type de pensée là, ces pensées automatiques sont les pensées qui nous poussent à l'erreur, même si on est adulte. Mais comment faire pour accéder à notre logique, à nos connaissances pertinentes du monde ?

Comment s'améliore-t-on alors ?

Olivier Houdé a étudié spécifiquement ce problème. Il a découvert que le meilleur moyen de ne pas se tromper, c'est de prendre conscience de l'automatisme, et d'y résister. Ou les inhiber commme il le dit lui-même dans son livre Apprendre à résister.

Avec cette technique, le taux de succès à un exercice est passé de 10% de réussite à 90% (expérimenté en laboratoire). Quant à elles, la répétition et les explications n'avaient pas d'effets.

Ils ont même constaté des différence dans l'utilisation du cerveau (observé en imagerie) quand ils réussissaient l'exercice.

La première technique : être attentif à vos automatismes et vous entraîner à y résister. Mais il existe une autre méthode, plus puissante. Il s'agit d'utiliser son cerveau différemment. Je vous explique tout ici avec la gestion des modes mentaux.

Un site dédié à la créativité

Je m'appelle Nicolas Brun et je suis passionné par la créativité.

Sur Holographik, je propose régulièrement des articles sur le sujet. Les articles s'appuient sur des bases solides, tout en étant simple sur la forme.

Mon but est de vous aider à répondre à ces questions :

  • Comment être plus créatif ?
  • Comment mettre en application les conseils ?
  • Quels sont les pièges auquel échapper ?
  • Comment ça marche et pour quels résultats ?

Pour aller plus loin : découvrez d'autres conseils en créativité