Trouvez des idées sans y penser avec la pause active
Et autres histoires de Pomodoro !

(en version podcast ici)

Ai-je bien fermé la porte à clé en partant ?

Question banale. Tout le monde réalise des actions sans être vraiment là. Et oui, toute une partie de notre activité cérébrale n’est pas consciente. Et même pire, la majorité.

Nous ne contrôlons pas chacun de nos muscles, quand on prend une tasse de thé dans la main. C’est une action évidente ! Mais quand on voit les robots échouer platement, il y a là le signe que ce n’est pas si simple.

Ok, donc un inconscient est capable de penser à notre place sur des sujets simple, c’est ça ? Ah oui simple ? Est-ce si sûr ?

Un inconscient qui bosse pour nous

Prenez l’étude suivante. On demande à des participants les multiples utilisations possibles d’un bout de papier.

Ils cherchent 2 minutes et font 5 minutes d’exercices de math. Puis, à la surprise de certains d’entre eux, ils reprennent pendant 2 minutes l’exercice créatif. La différence entre les deux groupes semble banale et pourtant. Après la pause ceux qui sont surpris trouvent moins d’idées nouvelles que ceux qui étaient prévenus.

C’est bizarre non ? Pourquoi cette différence ?

Voilà, pendant les exercices de maths, le cerveau des uns a continué à bosser inconsciemment, et pas celui des autres. Et oui, pourquoi se donner la peine de trouver des idées, puisqu’ils pensaient ne pas continuer après les maths ?

Mini BD : passage de relais entre conscient et inconscient

Ce phénomène de créativité, où le cerveau continue de bosser “sans nous” est appelé incubation.

Vous pouvez apercevoir ce phénomène quand une solution vous sort de la tête, sans que vous y pensiez. Vous connaissez le mythe d’Archimède sortant de son bain en criant “Eurêka !”, c’est la même chose.

Et il semblerait qu’il n’y ait pas de schéma type sur cette “pause”.

Certains s’arrêtent pendant 3mn et font des activités compliquées pendant ce temps (Ap Dijksterhuis et Teun Meurs, 2006), alors que d’autres font des pauses de 15, sans consigne particulière (Steven M Smith, 2002).

La pause active

Mais il est possible de rendre ces pauses plus productives encore.

Et ce, basé sur un autre principe. Marcher ou simplement être debout (Dornhecker et al., 2015) semble nous rendre créatif, et ce même après être revenu s’asseoir (Oppezzo et Schwartz, 2014). Et en ces temps de sédentarité excessive, ce n’est pas de trop.

Tout est dit, Je peux donc vous présenter la pause active !

La pause active, c’est ainsi que j’appelle une pause pendant lequel on en profite pour être actif physiquement. Faire la vaisselle ou aller marcher font l’affaire.

Des pièges sur le chemin

Mais attention aux pièges. Je vous vois d’ici, réclamer votre pause toutes les 3 minutes : “Mais c'est sur Holographik, c'est dit que ça rendait créatif !”. J'ai jamais dit ça moi !

La science des interruptions démontre que c’est une mauvaise idée. Si la pause ne suffit pas pour vous remettre en selle, réfléchissez plutôt en marchant (voir étude précédente de Oppezzo et Schwartz).

L’autre piège est de vous acharner sur vos activités créatives sans véritables pauses. Une vraie pause, ça ne parait pas productif. C’est une illusion dont il faut se défaire : votre inconscient travaille pendant ce temps.

Il est donc important de lâcher complètement votre sujet pendant celle-ci. A l’instar d’Abraham Lincoln, vous perdez du temps pour en gagner.

Si je disposais de six heures pour abattre un arbre, je consacrerais les quatre premières heures à aiguiser ma hache.
Abraham Lincoln

Que faire pendant la pause précisément ?

Si vous devez rester en intérieur, vous pouvez :

  • simplement rester debout, éventuellement faire quelques pas
  • bricoler
  • faire un peu de rangement, un peu de vaisselle, nourrir votre chat, votre hamster, votre chien
  • faire une ou deux positions de yoga
  • faire un ou deux exercices de musculation sans matériel
  • faire des exercices de bureau
  • faire quelques pas et rester debout à la fenêtre

Si vous pouvez sortir, vous pouvez :

Si vous ne pouvez pas vous lever du tout, ce n’est pas grave. S’activer simplement les méninges, c’est déjà ça. Vous pouvez :

Il peut vous arriver des moments “eurêkas” pendant votre pause. Dit autrement, de bonnes idées peuvent surgir sans crier gare. Je vous recommande pour ça d’avoir à disposition un carnet : ainsi vous notez votre idée et vous continuez votre pause.

Bon, c’est bien beau tout ça, mais combien de temps pour la pause et à quelle fréquence ? Je n’ai pas de réponse toute faite, ni d’appui scientifique pour vous aider à savoir pourquoi telle répartition est mieux qu’une autre.

En revanche, je peux vous donner une technique qui me semble raisonnable.

La technique Pomodoro

La technique Pomodoro ne contient ni trop de pauses ni trop peu.

Pomodoro, ça veut dire tomate en italien. Le nom semble un hommage aux minuteurs de cette forme. L’idée est de bosser pendant 25 minutes d’affilée sans s’arrêter. C’est un point important, il faut éviter toute interruption. Puis vous pouvez faire une pause de 5 minutes.

Au bout de 4 “cycles”, vous pouvez faire une pause plus longue (10 ou 15 minutes).

Schéma sur la technique Pomodoro

Cette technique rend bien compte de l’utilisation de son temps et facilite la concentration. N’hésitez donc pas à l’utiliser en dehors de vos moments créatifs.

Vous pouvez utiliser un outil web pour cela, qui fera office de minuteur. Si vous voulez plus d’informations, vous aurez plus de détails sur la technique Pomodoro ici.

Mais alors, si il y a des coupures pendant les 25 minutes ?

Si ce sont des coupures internes, c’est à dire des idées qui n’ont rien à voir avec ce que vous faites maintenant, prévoyez le même carnet que pour vos pauses, et notez-les simplement pour vous les sortir de la tête.

Pour les coupures extérieures ou tentations diverses, déplacez votre téléphone loin de vous et coupez-le. Si vous êtes sur ordinateur, fermez les onglets web qui ne servent à rien. Vous aurez l’esprit plus tranquille.

Action

Voilà, c’est à vous de jouer.

C’est simple :

  1. préparez votre carnet (pour noter les idées qui surgissent n’importe quand)
  2. choisissez votre tâche créative
  3. rendez-vous sur Tomato timer
  4. lancez le minuteur
  5. acceptez les notifications pour être alerté de la fin des 25 minutes
  6. ensuite lancez votre pause de 5 minutes en cliquant sur “short break”
  7. et finalement bougez pendant votre pause

C'est parti. Plus tard, vous pourrez étendre votre réflexion, par exemple sur l’utilisation d’un bureau debout ou que sais-je encore.

Tout est dit, maintenant Go !

(version résumée sous forme de sketchnote (1.3Mo .pdf))

Un site dédié à la créativité

Je m'appelle Nicolas Brun et je suis passionné par la créativité.

Sur Holographik, je propose régulièrement des articles sur le sujet. Les articles s'appuient sur des bases solides, tout en étant simple sur la forme.

Mon but est de vous aider à répondre à ces questions :

  • Comment être plus créatif ?
  • Comment mettre en application les conseils ?
  • Quels sont les pièges auquel échapper ?
  • Comment ça marche et pour quels résultats ?

Pour aller plus loin : découvrez d'autres conseils en créativité